top of page

Suis-je en train de juger ?

Imaginons, ce nouveau collègue, j'ai à peine croisé son regard que je l'ai jugé. Imaginons, cette famille dans la rue, et je critique le comportement du papa vers l'enfant. Imaginons, nouveau rond-point dans ma commune, et je conteste la décision de la mairie. Alors qu'il est naturel, puis devenu culturel, le jugement ne fait pas avancer les choses [contrairement à l'action], et il pollue notre cerveau. Je juge, d'autres me jugent, je me juge moi-même, je juge celles et ceux qui jugent... Qui suis-je pour juger ? est une question que notre mental n'aime pas ! Juger l'autre - le rabaisser - permet à l'égo de croire qu'il est meilleur. Pour faire différemment, mettons-nous à la place de l'autre, totalement, factuellement. Ce nouveau collègue qui arrive ? Je m'imagine à sa place, s'être levé pour ce premier jour, être stressé... La maire pour le rond-point ? Imaginez-vous le nombre de discussions qu'elle a eues avant de prendre la décision. Notre compassion refait alors surface. Le jugement laisse place alors à la volonté de comprendre et de faire avancer les choses. Au prochain jugement, Expérimentez-le, Sébastien

0 commentaire

תגובות


bottom of page