top of page

#1 [Ou pas...]

Dernière mise à jour : 11 juin 2019

Ces deux mots sont entrés dans le langage courant, je les entends plus souvent qu'avant.

Ou plutôt : j'y fais plus attention.

Ils sont remplis de sens à mes yeux, je vous raconte ça !

Quand nous recevons une information, nous la stockons.

Imaginons qu'elle soit vérifiée, supposée vraie.

Quand nous la stockons sur un disque dur informatique, elle ressortira, à notre demande, intacte, telle qu'elle était, et est toujours.

Le cerveau, disque dur humain, est un peu moins... rigoureux !

Il stocke, parfois pas tout à fait la stricte version originale de l'information.

Il la déforme, en lien avec des souvenirs qu'il a déjà en mémoire,

avec d'autres pensées qui le traversent,

il y rajoute une touche de rêve, une touche d'émotion, positive, négative.

En lien avec notre parcours passé, nos blessures personnelles.

En lien avec le parcours de nos entourages, qui nous ont répété des choses

(fais ça parce que sinon..., ne fais pas ça car..., tu seras gentil si...).

En lien avec notre environnement plus global

(les habitudes culturelles, de consommation, politiques...).

Ces informations deviennent nos croyances,

celles qui nous obligent, incitent à faire telle ou telle chose.

Et aussi celles qui nous font rentrer en combat avec les autres !

Quand j'affirme quelque chose, d'où tiens-je ça ?

C'est là qu'intervient le //ou pas...//

Pour...

Discuter avec l'autre... les enfants, partenaires, collègues, commerçant.e.s, inconnu.e.s...

Pour affirmer des choses à l'autre en douceur et humilité.

Je te dis de faire ça comme ça, ai-je raison ? (dois-je avoir raison?)

Quelle façon utilises-tu ?

Est-ce que ta façon peut devenir la mienne ?

Ou pouvons-nous mixer nos deux façons de faire ?

Pour arriver à quelque chose de mieux ?

L'un.e n'a pas à gagner, l'autre n'a pas à perdre.

Quand l'autre m'affirme quelque chose,

Quand une idée nouvelle est face à nous,

Quand nous recevons une proposition inattendue,

Commencer par se dire « et pourquoi pas ?! », avant un « non » direct...

L'idée n'est pas de remettre tout en question.

Certaines de nos certitudes sont des bonnes certitudes, pour nous.

L'idée est de ne pas rester englué.e.s dans nos croyances,

et de ne pas combattre.

Mon avis est important,

tout en gardant à l'esprit qu'il n'est que le mien,

qu'il ne concerne que moi,

qu'il n'est valable que dans mon cadre,

qu'il n'est vrai que pour aujourd'hui,

qu'il est le résultat d'un passage dans les filtres de mon cerveau.

C'est intéressant pour la personne que cela intéresse.

C'est beau pour la personne qui trouve ça beau.

C'est ennuyant pour la personne qui trouve ça ennuyant...

No need to argue, pas besoin de se disputer !

Nous remplaçons alors l'énergie dépensée à combattre,

par de l'énergie gagnée à discuter, à collaborer.

Pour discuter avec les autres... et avec soi aussi...

Nous pouvons vivre enferré.es dans nos croyances,

Et se sentir déphasé.e.s à un moment.

Car nos croyances sont figées, alors que nous, nous changeons.

Posons-nous ! Et posons-nous des questions...

Ai-je toujours besoin de croire ça ? Faire ça ? Agir comme ça ? Affirmer ça ?

Ce cadre de vie me convient-il toujours ?

De quoi ai-je besoin pour être bien avec moi-même ?

Ai-je toujours besoin de combattre les autres pour leur imposer telle idée ?

Quand tout est à notre goût, continuons !

Quand tout ne l'est pas, commençons à agir !

/// Ou pas... ///

Un outil à notre disposition !

Vous y réfléchirez ?

Sébastien

0 commentaire

Comments


bottom of page